En continu
Accueil / Innovation / Start-Up / Vélos en libre-service / Le flop des Gobee.bike

Vélos en libre-service / Le flop des Gobee.bike

PARTAGER CET ARTICLE

 

Lyon, Lille, Reims, Paris, Bruxelles, à chaque fois le scénario est le même, les vélos verts en libre-service de cette jeune startup sont victimes, non de leur succès mais du vandalisme de leurs utilisateurs, et quand ils ne disparaissent pas mystérieusement, ils se répandent sauvagement dans l’espace public.

 

Certes Gobee.bike n’est pas le seul acteur sur le marché naissant (et peut-être éphémère) des vélos en libre-service (à ne pas confondre avec Velib et leurs bornes de stationnement), mais c’est assurément l‘un des exemples les plus symptomatiques.

Après s’être précipitamment retiré de villes comme Lille, Reims ou Bruxelles, laissant à chaque aux autorités locales le soin de gérer un parc de vélos souvent laissés à l’abandon, la startup Gobee.bike (reconnaissable à ses vélos vert pomme avec panier, éclairage, garde-boue et béquille) concentre désormais ses efforts sur Lyon et Paris.

Dans des deux collectivités les nuisances occasionnées par ses équipements ne sont pas bien différentes que dans les cas précédemment cités.

“Les vélos présents dans le centre-ville ont quasi disparu de l’application et leur disponibilité ne cesse de baisser”, rapporte le site d’information Lyon Capitale.

Gobee.bike

“Les collégiens et lycéens s’échangent une astuce pour les utiliser sans payer, et le système de verrouillage de la roue arrière arrache les rayons lorsque certains essayent de bouger les vélos sans passer par l’application. Dès lors, difficile de trouver un vélo qui ne soit pas abîmé.”

Pire encore… “D’autres utilisateurs ont décidé de les privatiser en les enfermant dans des cours intérieures ou caves, réduisant un peu plus le parc encore viable”, poursuite le site.

Même scénario à Reims, “depuis le départ de Gobee.bike de la cité des sacres, les vélos verts sont abandonnés à leur triste sort”, constate le journal L’Union de Reims.

Une aventure et des déboires dont ferait bien de s’inspirer Uber qui vient de lancer à titre expérimental, sa propre solution de vélos en libre-service à San Francisco.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Uber se retire du Maroc

Après la Chine, après la Russie, et peut-être (selon des rumeurs persistantes) avant l’Inde, le sud-est asiatique et le reste de l’Afrique, le groupe Internet a choisi de se retirer (officiellement à titre temporaire) du Maroc.

Uber a perdu 4,46 milliards de dollars en 2017

Depuis 2015, les pertes cumulées du groupe Internet atteignent près de 9 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.