En continu
Accueil / NewZilla.NET / Uber se retire du Maroc

Uber se retire du Maroc

PARTAGER CET ARTICLE

 

Après la Chine, après la Russie, et peut-être (selon des rumeurs persistantes) avant l’Inde, le sud-est asiatique et le reste de l’Afrique, le groupe Internet a choisi de se retirer (officiellement à titre temporaire) du Maroc.

 

Il est des situations temporaires qui sont parfois faites pour durer, et le retrait (temporaire) du groupe Internet Uber du marché marocain pourrait être de celles-ci.

Uber a annoncé lundi 19 février 2018 la cessation de ses activités au Maroc, “tant qu’il n’y aura pas de vraie réforme et un environnement favorable aux nouvelles solutions de mobilité”.

“Malheureusement, depuis notre lancement au Maroc il y a bientôt 3 ans, nous n’avons pas eu de clarté sur l’intégration des applications comme Uber au modèle de transport existant.

C’est pour cela que nous prenons la décision difficile de suspendre notre activité au Maroc”, déplore le groupe Internet dans un communiqué.  

Uber-Maroc

L’application revendiquait 19.000 utilisateurs réguliers qui se déplaçaient grâce à 300 chauffeurs.

Uber indique que ces 300 chauffeurs seront accompagnés par “un support individuel le temps de passer cette transition difficile.”

Par ailleurs, si l’on en croit les intentions de SoftBank, l’actuel actionnaire majoritaire du groupe de VTC, ce nouveau retrait d’Uber d’un marché étranger pourrait ne pas être le dernier.

Le groupe Internet a encore perdu 4,46 milliards de dollars en 2017.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Uber a perdu 4,46 milliards de dollars en 2017

Depuis 2015, les pertes cumulées du groupe Internet atteignent près de 9 milliards de dollars.

Vélos en libre-service / Le flop des Gobee.bike

Lyon, Lille, Reims, Paris, Bruxelles, à chaque fois le scénario est le même, les vélos verts en libre-service de cette jeune startup sont victimes, non de leur succès mais du vandalisme de leurs utilisateurs, et quand ils ne disparaissent pas mystérieusement, ils se répandent sauvagement dans l’espace public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.