Revue de presse
Accueil / Deliveroo / Amazon investit dans Deliveroo

Amazon investit dans Deliveroo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Le service de livraison de repas à domicile vient de boucler une augmentation de capital de 575 millions de dollars (environ 515 millions d’euros).

 

Après avoir séduit DST Global (le fonds d’investissement soutenu par une banque proche du Kremlin et porté par le milliardaire russo-israélien Yuri Milner), le service de livraison de repas à domicile Deliveroo, vient de boucler une augmentation de capital de 575 millions de dollars (environ 515 millions d’euros), notamment auprès du géant du commerce en ligne, Amazon.

Depuis sa création à Londres en 2013 par Will Shu et Greg Orlowski, Deliveroo est parvenu à lever 1,53 milliard de dollars.

Will Shu, co-fondateur de Deliveroo

Ces investissements colossaux ont permis au groupe internet d’origine britannique d’assommer un marché naissant (celui de la livraison de repas à domicile) sans réel modèle économique et où la plupart des acteurs continuent à perdre beaucoup d’argent.

A titre indicatif, sur l’année 2017 Deliveroo avait perdu près de 210 millions d’euros, tout en doublant son chiffre d’affaires (à environ 315 millions d’euros).

Du côté de ses pratiques sociales, un groupe comme Deliveroo n’a rien à envier à son nouvel investisseur Amazon. Et l’on aura rarement vu, à ce niveau, rapprochement aussi cohérent entre deux entreprises.

60 000 coursiers

Aujourd’hui présent dans 500 villes et 14 pays (Australie, Belgique, France, Allemagne, Hong Kong, Italie, Irlande, Pays-Bas, Singapour, Espagne, Taïwan, Émirats arabes unis, Koweït et Royaume-Uni), Deliveroo qui ne compte actuellement que 2 500 salariés, travaillerait déjà avec plus de 80 000 restaurants mais surtout avec 60 000 coursiers.

Ces coursiers sont fortement incités, s’ils veulent travailler “avec”, “pour” et “grâce à” Deliveroo, à se mettre sous le statut d’auto-entrepreneur, ce qui permet au groupe internet de ne pas avoir à payer de congés payés, de ne pas avoir à prendre en charge d’arrêts maladie et de facto de ne pas avoir à garantir à ses “collaborateurs” un quelconque salaire minimum.

Deliveroo-Amazon-2

Car le discours officiel d’une entreprise comme Deliveroo (qui rappelons-le a tout de même levé 1,53 milliard de dollars pour accompagner son développement depuis sa création en 2013) est le suivant: Deliveroo (tout comme la plupart de ses concurrents sur ce marché) ne serait là que pour fournir un complément de revenu à ses “collaborateurs”.

Sous-prolétariat

Régulièrement accusé par ses détracteurs de “salariat déguisé” (de par les contraintes voire les pénalités imposées à ses “collaborateurs” qui ne se montreraient pas suffisamment disponibles), Deliveroo se voit aussi reproché de favoriser indirectement l’émergence d’un sous-prolétariat qui voit travailler des mineurs.

Quand il ne s’agit pas d’auto-entrepreneurs qui sous-louent leur compte à des migrants sans-papiers contre le versement d’une commission de… 50% de leurs gains.

Encore tout à l’euphorie de la levée de fonds qu’il vient de réaliser, Deliveroo, qui avait déjà mis en place une assurance pour “ses” livreurs, indique vouloir “développer de nouveaux outils pour offrir du travail flexible et bien rémunéré” aux coursiers, sans donner plus de précisions.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.