Accueil / Biométrie / L’Inde mise sur le passeport biométrique pour éradiquer la pauvreté

L’Inde mise sur le passeport biométrique pour éradiquer la pauvreté

L’Inde, 1,2 milliard d’habitants et des centaines de millions de personnes privées d’identité et plongées de facto dans la misère.

 

Pour lutter contre ces deux fléaux, le gouvernement indien a décidé de faire d’une pierre deux coups en lançant le plus gros programme d’identification biométrique jamais entrepris dans le monde. L’identification biométrique est plus sûre qu’un document officiel et son taux d’erreur est suffisamment marginal, estime Tim Harford dans le Financial Times.

Pour l’heure l’Unique Identification Authority of India (UIDAI), ne concerne “que” 200 millions d’habitants, mais fin 2014 c’est la moitié de la population du pays qui devrait bénéficier de cette initiative. En pratique chaque citoyen use voit attribuer un numéro d’identification, nommé «Aadhaar» (ce qui signifie «fondation»), auxquels viennent s’ajouter deux scans d’iris, dix empreintes digitales et une photo numérique.

Identifier les individus permet de cibler les politiques de lutte contre la pauvreté et d’être certain qu’elles touchent leurs réels bénéficiaires, relève Slate.fr. Selon un rapport publié en 2011 par la Banque mondiale, Social Protection for a Changing India, il y aurait en Inde des centaines de programmes de ce type, mais l’aide ne parviendrait que très rarement aux plus démunis, en particulier à cause des escroqueries et des détournements.

A lire aussi

polygram-facial-detection

Polygram, un réseau social basé sur la reconnaissance faciale (VIDEO)

Lancé à la toute fin du mois d'août, ce nouveau réseau social analyse nos réactions à une image, à un post, ou à une vidéo et les transforme en emoji.

India-IT-Workers-Inde-Union-syndicat

En Inde, des travailleurs de l’industrie high-tech réclament une pause syndicale

Longtemps tenues à l'écart de l'un des secteurs les plus prospères de l'économie indienne, les organisations syndicales tentent aujourd'hui de s'imposer dans un monde où le respect des droits sociaux n'a jamais été la première des priorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.