En continu
Accueil / Décryptage / Quand Uber utilise son application pour faire du lobbying politique (VIDEOS)

Quand Uber utilise son application pour faire du lobbying politique (VIDEOS)

En Floride, Uber demande aux utilisateurs de son application de “voter pour Uber”. Une manière (maladroite?) de faire pression sur les sénateurs de cet Etat américain, soupçonnés par le groupe Internet de vouloir voter une législation favorables aux entreprises de taxis.

 

L’histoire se passe en Floride, et elle en dit long sur les pratiques d’un groupe Internet comme Uber. Résumé des faits. En janvier dernier, la Chambre des représentants* de l’Etat de Floride votait un texte (108 voix pour – 10 voix contre) instaurant un certain nombre de garanties minimales (assurance…) pour les flottes de véhicules utilisés pour des services tels qu’Uber ou Lyft.

Alors que la session parlementaire touche à sa fin, Uber soupçonne le Sénat de Floride, et plus particulièrement son président Andy Gardiner, dont les liens avec des entreprises de taxis et de limousines seraient avérés, de faire trainer les choses.

De faire trainer les choses, ou, à tout le moins de ne pas vouloir voter un texte qui s’il passait, pourrait empêcher les autorités locales, comme c’est parfois le cas aux Etats-Unis, d’interdire ou d’encadrer des services comme Lyft ou Uber.

uber_voteLe Sénat de Floride étant dans la ville de Tallahassee, Uber y a dépêché un bataillon d’une trentaine de lobbyist. Une stratégie de communication somme toute assez banale.

Mais cette semaine, la surprise est venue d’ailleurs, et plus précisément de l’application Uber elle-même, car pour sensibiliser ses utilisateurs à ce qu’il estime être une injustice, le groupe Internet a déployé tout d’abord à Tallahassee, à Orlando puis dans tout le reste de la Floride, une fonctionnalité demandant aux utilisateurs du service de “voter pour Uber” pour faire pression sur la représentation parlementaire…

Aux dernières nouvelles le Sénat de Floride, n’aurait pas changé d’un iota et les sénateurs vilipendés par Uber camperaient toujours… sur leur position.

  • L’équivalent local de notre Assemblée nationale.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.