En continu
Accueil / Airbnb / La Ville de Paris met la pression sur Airbnb

La Ville de Paris met la pression sur Airbnb

PARTAGER CET ARTICLE
Alors même qu’un numéro d’enregistrement sera bientôt obligatoire pour toute personne souhaitant mettre en location son appartement sur Airbnb ou un site internet similaire, la Ville de Paris a voté, mardi 26 septembre, un “voeu” visant à abaisser significativement le nombre de nuitées maximum autorisées pour les locations de meublés touristiques. 

 

Selon, Ian Brossat (maire-adjoint PCF chargé du logement) cité par Le Figaro, dans les quatre premiers arrondissements de la capitale “un logement sur quatre ne sert plus à loger des Parisiens”. Dans ces quartiers, qui ne compte tout de même pas parmi les plus populaires de la Ville de Paris, Airbnb fait son oeuvre.

Un phénomène de société qui favorise la speculation immobilière et fait bondir les responsables d’un secteur hôtelier, pas toujours au niveau, et qui ont longtemps vu en Paris, une formidable rente de situation (Cf. NewZilla.NET du 23 juin 2016).

Après Berlin (Cf. NewZilla.NET du 10 août 2016), après Barcelone, mardi 26 septembre, les élus du Conseil de Paris ont donc adopté un “voeu” visant à abaisser significativement le nombre maximum de nuitées (aujourd’hui fixé à 120) autorisées pour les locations de meublés touristiques.

airbnb-paris

Une décision à double tranchant qui tout en visant à mettre fin aux abus pourrait par la même privé la Ville de paris de toute visibilité concernant un phénomène que plus personne ne peut décemment ignorer.

Les Parisiens louant aujourd’hui tout ou partie de leur appartement pouvant à terme être tenté de ne plus déclarer la location d’un meublé touristique.

Par ailleurs Paris va, dans les six prochains mois, organiser une rencontre avec d’autres grandes métropoles pour “travailler à une régulation concertée”, et lancer un “Observatoire de la location meublée touristique à Paris” avec les élus.

A lire aussi

Airbnb condamné dans une affaire de sous-location illégale à Paris

Le groupe Internet a été reconnu responsable par le Tribunal de grande instance de Paris d’avoir laissé en ligne une annonce de sous-location illégale et devra reverser au propriétaire de l’appartement concerné 1869,07 euros correspondant aux frais de réservation perçus. Airbnb va faire appel de cette décision de justice.

Airbnb a collecté 13,5 millions d’euros de taxe de séjour auprès de ses utilisateurs en France sur l’année 2017

Mais s’il communique sur ce chiffre pour témoigner de la vitalité de ses activités, le groupe Internet met moins en avant le fait qu’il n'a payé que 92 944 € d'impôts à l'Etat en 2016, soit tout juste ce que verserait une PME classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.