En continu
Accueil / Afrique / L’Ouganda veut développer ses propres versions de Twitter et de Facebook

L’Ouganda veut développer ses propres versions de Twitter et de Facebook

PARTAGER CET ARTICLE

 

Pour mieux contrôler ce que dit sa population.

 

C’est l’histoire d’un Internet on ne peut plus local.

L’Ouganda, un pays d’Afrique de l’Est, dont le régime politique ne brille pas toujours par son caractère démocratique, souhaite développer ses propres réseaux sociaux, en lieu et place des Twitter et autre Facebook.

L’annonce a été faite par Godfrey Mutabazi, directeur exécutif de l’agence ougandaise des télécommunications (UCC) à la fin de l’année 2017 rapporte le site Observer.ug. Le projet aura déjà attiré un premier investisseur.

Ce qui semble poser problème aux autorités ougandaises? Que les données utilisateurs de services comme Twitter ou Facebook ne soient pas hébergées en Ouganda mais aux Etats-Unis.

ouganda-uganda-afrique-africa-internet-reaux-sociaux-social-network-twitter-facebook

En fait, le gouvernement local semble bel et bien s’inspirer de “l’exemple” chinois qui a consisté à construire une “grande muraille numérique” pour se “protéger” de l’Internet dans tout ce qu’il a de global et de mondialisé.

Une stratégie qui passe par plusieurs phases, tout d’abord interdire de séjour les services étrangers (aussi populaires soient-ils comme Facebook ou Twitter), mettre en place un blocage numérique, durcir la législation en matière de liberté d’expression en ligne et proposer à la population avec la complicité du monde économique (qui n’a pas toujours le choix) des services équivalents, en terme de fonctionnalités, à ceux disponibles dans le reste du monde.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.