En continu
Accueil / NewZilla.NET / Brotopia ou les orgies de la Silicon Valley

Brotopia ou les orgies de la Silicon Valley

PARTAGER CET ARTICLE

 

Dans un livre à paraître le 6 février prochain aux Etats-Unis et dont les bonnes feuilles sont d’ores et déjà consultables sur le site du magazine Vanity Fair, la journaliste spécialisée Emily Chang décrit par le menu les soirées arrosées de drogues et de sexe auxquelles se livre une partie de la petite “élite” de la Silicon Valley.

 

La Silicon Valley aurait-elle supplanté Hollywood en matière de sexisme, d’abus de drogues et de moeurs supposément dissolues?

C’est ce que pourrait laisser à penser le prochain livre signé de la journaliste spécialisée Emily Chang (dont la sortie est prévue le 6 février prochain) et dont le site de Vanity Fair a déjà publié les bonnes feuilles.

On se souvient que l’année 2017 fut riche de faits divers et de procès pour le berceau technologique américain.

Tentative de libération de la parole des femmes, affaires de harcèlement sexuel, pratiques misogynes, le tableau nécessite une mise à jour quasi-quotidienne.

Les “E-parties”, des fêtes “lourdement chargées en sexe et en drogues” décrites par Emily Chang (journaliste à Bloomberg TV) dans son livre* seraient organisées une fois par mois, dans la région de San Francisco ou dans la Napa Valley.

Brotopia-Siliconvalley-silicon-valley-emily-chang

Au menu : «Manger, se droguer (le fameux MDMA est connu pour transformer des inconnus en amis très proches), avoir des relations sexuelles et recommencer».

On est ici à des années-lumière d’une Silicon Valley qui chercherait par exemple à soigner ou à prévenir le stress par la pratique de la méditation, ou par un séjour à Burning Man

Qui sont les participants? Des dirigeants de la Valley, des entrepreneurs et fondateurs et PDG de grandes entreprises de la tech, des investisseurs (le monde du capital-risque étant aujourd’hui adossé à celui de l’industrie high-tech).

Dans la Silicon Valley les femmes appartiennent à une sous-classe

Ces fêtes, qui sont aussi festives et décadentes qu’elles servent de moments privilégiés pour négocier et signer des contrats.

Elles sont généralement peuplées de mannequins et de top models, et si vous êtes une femme, et que vous êtes «attirante, motivée et (généralement) jeune, vous n’avez pas à vous soucier ni de votre CV, ni de l’état de votre compte en banque, pour être inscrite sur la liste», écrit Emily Chang.

brotopia-siliconvalley-silicon-valley“Aux fêtes normales de la tech, il n’y a presque aucune femme, témoigne un investisseur dans l’ouvrage. Dans ce genre de fêtes, en revanche, il y en a des tonnes.” (…) “Les femmes tentent d’entrer dans ce monde pour rendre leur vie meilleure. Dans la Silicon Valley elles appartiennent à une sous-classe”, a confié une femme investisseur à la journaliste.

La désillusion est souvent au rendez-vous. En participant à ces soirées, elles perdent tout leur crédit. Celles qui s’y sont rendues racontent ensuite avoir été mises à l’écart.

Une entrepreneure confie : “Si vous participez à ces sex parties, n’imaginez même pas pouvoir lancer votre boîte ou que quelqu’un vous finance. Les portes se ferment. Mais si vous ne participez pas, vous êtes exclue. Vous êtes fichue dans un cas comme dans l’autre”.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

A San Francisco, des robots pour effrayer et chasser les personnes sans-abris

La San Francisco SPCA, une clinique vétérinaire située dans le quartier de Mission a récemment eu recours à un robot (par ailleurs déjà accusé d'avoir blessé des enfants) pour chasser de son périmètre des personnes sans-abris.

Ecole 42, bilan et perspectives

Selon son directeur général, Nicolas Sadirac, l’établissement créé en 2013 à Paris par Xavier Niel pourrait, dans un futur proche, doubler de taille et porter ses promotions à 1500 voire 2000 étudiants par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.