En continu
Accueil / Emploi / Dans un centre d’appels de Mobipel, filiale de Free, les licenciements pour faute grave tombent à la pelle

Dans un centre d’appels de Mobipel, filiale de Free, les licenciements pour faute grave tombent à la pelle

PARTAGER CET ARTICLE

 

Selon les syndicats ces départs contraints permettraient à l’entreprise d’éviter de se lancer dans un plan social, par nature beaucoup plus coûteux.

 

On se souvient, il y a quelques mois, d’un reportage diffusé dans le cadre du magazine de France 2, Cash Investigation, qui pointait du doigt les pratiques managériales de Free ainsi que du nombre inquiétant de suppressions d’emplois dans le centre d’appels Mobipel (filiale de Free) de Colombes, près de Paris.

On se souvient aussi des dénégations (parfois approximatives), de Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, (la maison mère de l’opérateur internet Free), répondant aux questions de la journaliste, Elise Lucet.

Les affirmations de Cash Investigation se trouvent aujourd’hui confirmées par un rapport d’experts-comptables (commandé par le comité d’entreprise de Mobipel au cabinet Alter, deux semaines avant la diffusion du magazine), qui a pu être consulté par le journal Le Parisien.

free-mobipel-cash-investigation

Ce rapport met en lumière le nombre important de licenciements pour faute grave dans le centre d’appels Mobipel de Colombes.

Selon le document entre juin 2014 et septembre 2017, l’entreprise est passée de 711 à 287 salariés, soit une baisse de 60% de ses effectifs, quand dans le même temps le chiffre d’affaires et le nombre d’abonnés de Free ne cessaient de grimper.

Pire, Alter a décompté 807 départs au total depuis 2013, dont 586 provoqués par Free (licenciements, ruptures conventionnelles…).

266 licenciements pour faute grave en trois ans

Selon les experts-comptables, la diminution d’effectif serait la conséquence directe de “licenciements disciplinaires massifs, des ruptures conventionnelles et des transferts intragroupe qui ne sont pas indépendants de la volonté de l’employeur”.

Sur les 315 licenciements opérés en trois ans, on dénombre ainsi 266 licenciements pour faute grave.

Des licenciements qui présentent l’avantage comptable de permettre à l’employeur de ne payer ni préavis, ni indemnité de licenciement.

Mobipel “chercherait par toutes les solutions individuelles possibles à contourner son obligation” de mettre en oeuvre un plan social.

Selon le rapport, cité dans l’article du Parisien, “84 contentieux (sont) engagés par les salariés pour un montant total de 1,9 million d’euros et une moyenne de 22.523 euros par demande”.


Vous avez aimé cette information? Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

A lire aussi sur NewZilla.NET

Zones blanches : Les opérateurs téléphoniques s’engagent à investir 3 milliards d’euros

L’Etat a passé un accord avec les quatre principaux opérateurs téléphoniques, annonce dimanche 14 janvier 2018, dans le JDD, Julien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

Free

Remous en perspective chez Free après la diffusion de l’émission Cash Investigation

Selon le site Politis, trois responsables de centres d'appels Free (sur les sept que compte le groupe) devraient être amener à quitter leurs fonctions dans les prochaines semaines. 

Une réponse

  1. Paroles E.Macron – Musique X.Niel

    Non ! il ne faut pas que tu te souviennes
    Des jours piteux où tu bossais chez Free.
    En ce temps-là la vie était cruelle
    Et le travail plus absent qu’aujourd’hui.
    Les licenciés se ramassent à la pelle …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.