Revue de presse
Accueil / Uber / Analyse / Uber retour à la réalité

Analyse / Uber retour à la réalité

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Après une introduction en bourse ratée, le groupe américain a indiqué lundi 29 juillet qu’il allait devoir supprimer 400 emplois dans son service marketing.

 

A la fin du mois de mars 2019, Uber employait 24 494 personnes à travers le monde, dont un peu plus de 1 200 dans le marketing (contre un total de 22.263 employés, dont 1.951 dans ses services de vente et de marketing, selon son rapport annuel publié au 31 décembre 2018).

Cet effectif sera bientôt amputé de 400 postes révèle le New York Times, une information confirmée par un document interne obtenu par l’AFP.

“Nous ne faisons pas ces changements parce que le marketing n’est plus important pour Uber, écrit l’actuel P-DG d’Uber, Dara Khosrowshahi.

“C’est tout le contraire : nous sommes en train d’effectuer ces changements parce que présenter une vision forte, dynamique et unifiée au monde n’a jamais été aussi important.”

Dara-Khosrowshahi-uber

“Il y a une impression générale selon laquelle si nous avons connu une croissance rapide, nous sommes en train de ralentir”, poursuit Dara Khosrowshahi dans son courriel adressé aux employés d’Uber.

Une “impression générale” qui, en attendant la publication cette semaine des résultats financiers du second trimestre, fait suite à une introduction en bourse ratée en mai dernier.

Coup de semonce

Le titre Uber, introduit à Wall Street à 45 dollars, est aujourd’hui coté au-dessous de son cours d’introduction à 42,13 dollars.

Dans la foulée de cette annonce, une partie de la presse généraliste s’interroge…

Pour Le Point (qui parle d’un “coup de semonce”), la “crise de croissance” que traverse Uber “ébranle le modèle de la nouvelle économie”.

Cette “crise de croissance” (…) “remettra-t-elle en cause un modèle économique qui a inspiré un nouveau concept, “l’ubérisation”? s’interroge le site d’information.

Au-delà du caractère quelque peu désuet du vocabulaire employé (qui parle encore de “nouvelle économie” en 2019?), il convient de s’interroger sur la nature du “modèle économique” ici remise en cause tant “l’ubérisation” rime parfois avec “précarisation”.

Géant ou colosse aux pieds d'argile?

La presse se demande où va le “géant américain”. Mais parle-t-on d’un géant ou d’un colosse aux pieds d’argile?

Depuis sa création en mars 2009, Uber a levé 24,7 milliards de dollars, des fonds dont il est bien évidemment possible d’identifier l’origine dans les moindres détails.

Une somme à laquelle viennent s’ajouter les 8,1 milliards de dollars levés sur les marchés financiers au moment de l’introduction en bourse du printemps dernier.

Soit un total de 32,8 milliards de dollars.

A ce niveau d’investissement, comment ne pas devenir un “géant américain” voire un “géant mondial”?

Quelle société, en pareille situation n’en aurait pas la capacité? Pourtant, dans le cas d’Uber, la question de la viabilité économique se pose.

Rentabilité économique

L’entreprise continue aujourd’hui de perdre 1 milliard de dollars par trimestre, et malgré la politique de diversification initiée par le groupe, sur la livraison de repas et des vélos électriques (deux marchés où la question de la rentabilité économique se pose très fortement), il se peut que le marché et les investisseurs (déjà échaudés par le passé par quelques mises de fonds hasardeuses) commencent à s’impatienter.

Certes Uber a également misé sur des technologies liées au développement des véhicules électriques, ou autonomes du futur (ce qui lui permettrait, in fine, d’augmenter ses marges et ses revenus en n’ayant plus, à terme, à verser de commission à des chauffeurs de VTC)…

Mais ces visées économiques (si elle ne sont pas, par ailleurs, particulièrement souhaitables d’un point de vue social) semblent encore lointaines et nul ne sait si elles deviendront un jour réalité.


Vous avez aimé cette information? Partagez-là avec vos amis, votre réseau ou votre communauté. Cet article vous a été utile? Il vous a rendu service? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Vous pouvez nous aider en faisant un don sécurisé à partir de 1 euro. Cela mérite une explication. On vous dit tout ICI. Merci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.