Accueil / 2016 / juillet (page 5)

Monthly Archives: juillet 2016

Nice : le bug de l’application “Alerte Attentat”

L’attentat qui s’est déroulé hier soir à Nice sur la Promenade des Anglais a fait, selon un bilan provisoire, 84 morts. Censée prévenir les populations en temps réel d’un risque majeur, l’application “Alerte Attentat” , développée par la société parisienne Deveryware, et lancé par le gouvernement à quelques jours du début de l’Euro de football (Cf. NewZilla.NET du 8 juin 2016), a mis près de trois heures avant d’entrer en action…

Comme l’indique sur son fil Twitter le journaliste à Télérama, Olivier Tesquet, les responsables de la société parisienne Deveryware ont rendez-vous aujourd’hui 15 juillet au ministère de l’Intérieur, et ils risquent bien de se faire souffler dans les bronches.

Téléchargée des centaines de milliers voire des millions de fois depuis son lancement en fanfare à l’avant-veille de l’ouverture de l’Euro de football, le 8 juin dernier, l’application “Alerte Attentat” est aujourd’hui montrée du doigt pour son manque de réactivité dans la foulée de l’attentat survenu hier soir à Nice, sur la Promenade des Anglais, et qui a fait, selon un bilan toujours provisoire, 84 morts.

Première alerte à... 1h34 du matin

Car si le protocole d’alerte a bien été activé par les autorités préfectorales à 23h, soit 30 minutes après le début de cette séquence tragique, il a fallu attendre… 1h34 du matin pour que les utilisateurs de l’application soient, sur la base de données géo-localisées, prévenus du drame.

Un dysfonctionnement majeur quand on sait qu’à l’origine, cette application, qui fait partie du SAIP (“système d’alerte des informations des populations”, devait communiquer sur un évènement donné au plus tard 15 minutes après sa survenance.

 

Apple et la planète des Apps

Le groupe américain se lance dans la télé-réalité, avec la production d’une série mettant en scène une centaine de développeurs triés sur le volet, dont Apple espère qu’ils mettront au point une application capable de “changer le monde”.

 

La Planète des Apps (à ne pas confondre, humour de geek, avec la Planète des Singes / Planet of the Apes, en américain) tel est le nom du programme de télé-réalité que vient de lancer… Apple. Après HBO et sa série Silicon Valley, après Mr. Robot, la série sur les hackers, voici donc maintenant Apple et ses développeurs.

Pitch et version beta

Une centaine de développeurs seront sélectionnés pour ce programme. Les candidatures sont ouvertes ; les pitchs vidéo sont à faire parvenir avant le 26 août ; prière de sortir une version beta de votre app révolutionnaire pour le 21 octobre et de se rendre dispo pour un tournage fin 2016 / début 2017.

Pour participer les candidats doivent être résident aux Etats-Unis (et disposer au minimum d’une Carte verte), les (heureux?) élus bénéficieront de mentorship, de facilité de financement et d’une mise en avant de leur application miracle sur l’App Store d’Apple, à la fin de la diffusion de ce qui promet d’être un fascinant programme de télé-réalité. On ne rit pas, ou peut-être, si, un peu quand même…

(MISE A JOUR) Le Robocop de la Silicon Valley mis à pied après avoir blessé un enfant

Jusqu’ici parfait supplétif de la police locale, un robot K5, s’en est soudainement pris à un enfant de un an, dans un centre commercial de Palo Alto (Californie), rapporte la chaîne de télévision ABC7 News.

 

MISE A JOUR / Jeudi 14 juillet 2016 

Pour n’avoir pas respecté l’une des trois lois fondamentales définies par Isaac Asimov qui veut qu’un robot ne blesse jamais, intentionnellement ou par omission, un être humain (fut-il âgé de 16 mois), Knightscope K5 (le “Robocop de la Silicon Valley”) qui officiait il y a quelques jours encore au Stanford Shopping Center, vient d’être démis de ses fonctions. Selon Tiffany Teng, la mère de la très jeune victime, le robot aurait dans un premier temps frapper la tête de son enfant avant d’essayer de lui rouler dessus, le blessant ainsi légèrement à la jambe.

Première parution / Mercredi 13 juillet 2016

Quand un Robocop de la Silicon Valley attaque un enfant en bas âge

Jusqu’ici parfait supplétif de la police locale, un robot K5, s’en est soudainement pris à un enfant de un an, dans un centre commercial de Palo Alto (Californie), rapporte la chaîne de télévision ABC7 News.

Le K5 est un Robocop. Fabriqué par la société Knightscope, on en compte déjà plusieurs douzaines qui patrouillent, dans un périmètre bien délimité, au coeur de la Silicon Valley.

security-robot-robocop-K5

En parfait supplétif des forces de police, le K5 (beaucoup moins coûteux il est vrai à l’usage qu’un simple agent de sécurité) est capable de scanner des plaques d’immatriculation, de reconnaître un appel au secours, ou le bruit d’une vitre en train d’être brisée… Et quand il estime que quelque chose d’anormal, est en train de se passer il en réfère à ses supérieurs, c’est-à-dire à la police locale.

D’habitude, on retrouve le K5 près des data centers des groupes Internet, sur les “campus” de ces mêmes groupes Internet, et dans les centres commerciaux (les fameux “malls”) de la région.

Tout allait bien dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce début du mois de juillet, quand un K5 en patrouille au Stanford Shopping Center s’est soudainement mis à frapper à la jambe un enfant de un an qui passait par là, rapporte la chaîne de télévision ABC7 News.

Pire, selon les confidences faites aux parents de l’enfant par un agent de sécurité, le K5 serait un récidiviste, puisqu’il s’en serait déjà pris à un autre enfant quelques temps auparavant…

Skype for Business, des conversations bientôt traduites en 40 langues

Dès la fin de l’année, une version beta de Skype for Business permettra de bénéficier d’une traduction audio et écrite, en temps réel, des propos tenus sur le service de voix sur IP.

 

Quelque peu titillé dernièrement par des services comme Slack ou Hipchat, Microsoft (propriétaire de Skype) fait le forcing pour imposer son service de voix sur IP en entreprise.

Ainsi, dès la fin de l’année 2016, Skype for Business va-t-il intégrer, en version beta une nouvelle fonctionnalité qui risque bien de faire tomber ce qu’il est convenu d’appeler les “barrières de la langue”.

Webinars

Skype Meeting permet déjà à un nombre limité d’intervenants de s’adresse à une audience de près de 10 000 personnes dans le cadre de webinars, ou de séminaires d’entreprise.

Le programme offrira d’ici quelques mois la possibilité d’écouter ou de lire la traduction en temps réel (et en 40 langues) des propos tenus par des interlocuteurs à l’autre bout du monde. Cette nouvelle fonctionnalité sera basée sur la technologie de Microsoft Bing Translator.

 

Uber contraint de suspendre ses activités en Hongrie

L’hostilité des taxis, et une évolution législative assez défavorable oblige le groupe Internet a interrompre (temporairement?) ses activités en Hongrie.

 

“A partir du 24 juillet 2016, notre service Uber X ne sera plus disponible à Budapest”, a déclaré à l’agence Reuters Rob Khazzam, responsable des activités d’Uber pour l’Europe centrale. “Malheureusement, l’évolution législative de la Hongrie sur les 18 derniers mois, ne nous laisse d’autre choix que de prendre cette difficile décision”, poursuit Rob Khazzam.

120 000 utilisateurs

En juin dernier, le parlement hongrois, soutenu en cela par le parti d’extrême-droite du Premier ministre Viktor Orban, a opté pour une législation, dont le moins que l’on puisse en dire est qu’elle n’est pas forcément très favorable à Uber. La nouvelle loi autorise en effet les autorités à bloquer l’accès Internet de tout service considéré comme illégal.

Le vote de ce texte intervient après des mois de manifestations des taxis locaux demandant le blocage de l’application Uber et la mise hors-la-loi du service. Jusqu’à présent, Uber revendiquait 120 000 utilisateurs sur Budapest et 1 200 chauffeurs travaillaient pour le service de VTC.