Revue de presse
Accueil / 2017 (page 9)

Yearly Archives: 2017

Le gouvernement ouvre un “guichet” pour connecter à Internet les foyers les plus isolés

 

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé jeudi 14 décembre à l’occasion de la Conférence Nationale des Territoires (CNT) qui se tient à Cahors (Lot) que le gouvernement allait débloqué 100 millions d’euros pour ouvrir une guichet d’aide financière en vue de permettre aux foyers les plus isolés de se connecter à Internet. 

 

Que tous les Français puissent avoir accès à un “bon haut débit” Internet d’ici 2020 et au très haut débit à l’horizon 2022, tel est le souhait exprimé et l’objectif fixé par le Premier ministre, Edouard Philippe, hier à Cahors.

Pour y parvenir les pouvoirs publics vont débloquer une enveloppe de 100 millions d’euros.

Ces crédits serviront à financer un chèque de 150 euros à destination du million et demi de ménages les plus isolés géographiquement pour qu’ils puissent se connecter à Internet à très haut-débit en recourant à des technologies alternatives à la fibre optique, comme les boucles radio, le satellite ou la 4G fixe.

Internet-Edouard-Philippe-Cahors

Un observatoire indépendant sera chargé d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle politique publique, a précisé sur Twitter, Edouard Philippe.

Ces mesures s’inscrivent dans la perspective des promesses électorales puis des objectifs fixés cet été par le président de la République, Emmanuel Macron en matière d’accès fixe à Internet.

Pour le président, à partir de 2020 tous les Français devront pouvoir accéder à Internet en haut débit, à savoir à une vitesse de connexion de 8 mégas par seconde, puis en 2022 (année d’élection présidentielle), à l’accès Internet en très haut débit, sur la base d’une connexion de 30 mégas par seconde.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

La CNIL planche sur les enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle

 

La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés publie un rapport de synthèse du débat public qu’elle a animé sur les enjeux éthiques des algorithmes et l’intelligence artificielle. Un débat public innovant d’où ressortent deux principes et six recommandations. 

 

Le rapport que publie aujourd’hui la CNIL s’appuie sur les résultats d’un débat public ouvert et décentralisé que la CNIL a animé de janvier à octobre 2017 : 3 000 personnes ont participé à 45 manifestations qui se sont tenues à l’initiative de 60 partenaires en France (Ax les Termes, Bordeaux, Caen, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Toulouse) et à l’étranger (Etats-Unis). Une concertation citoyenne a également été organisée à Montpellier le 14 octobre pour compléter la démarche.

Médias, vie publique et politique, éducation, culture, santé, justice, sécurité et défense, banque et finance, emploi et recrutement ont été abordés comme champs d’exploration des algorithmes et de l’intelligence artificielle par les partenaires : des instituts de recherches (CREOGN, CNAM, ENSC, INSA), des institutions publiques (ministères, universités et grandes écoles), des fédérations professionnelles, des syndicats, des ordres d’avocat, des hôpitaux, des think tanks, des entreprises, etc.

De ces travaux, deux grands principes fondateurs se dégagent pour une intelligence artificielle au service de l’Homme. Un principe de loyauté et un principe de vigilance et de réflexivité.

Ces principes pourraient s’inscrire dans une nouvelle génération de garanties et de droits fondamentaux à l’ère numérique, des « droits-système » organisant la gouvernance mondiale de notre univers numérique, indique la CNIL.

  • Un principe de loyauté appliqué à tous les algorithmes et intégrant les impacts collectifs, et pas seulement personnels, de ces derniers. Tout algorithme, qu’il traite ou non des données personnelles, doit être loyal envers ses utilisateurs, non pas seulement en tant que consommateurs, mais également en tant que citoyens, voire envers des communautés ou de grands intérêts collectifs dont l’existence pourrait être directement affectée. L’intérêt des utilisateurs doit primer. Par exemple, un tel principe pourrait avoir vocation à s’appliquer à l’impact potentiel des réseaux sociaux sur la structure du débat public dans nos démocraties (segmentation du corps politique par le ciblage de l’information) ou à celui d’algorithmes de police prédictive sur des communautés ou quartiers entiers.

Intelligence-artificielle-cnil

  • Un principe de vigilance/réflexivité : il s’agit d’organiser une forme de questionnement régulier, méthodique et délibératif à l’égard de ces objets mouvants. Ce principe constitue une réponse directe aux exigences qu’imposent ces objets technologiques du fait de leur nature imprévisible (inhérente au machine learning), du caractère très compartimenté des chaînes algorithmiques au sein desquels ils s’insèrent et, enfin, de la confiance excessive à laquelle ils donnent souvent lieu. C’est l’ensemble des maillons de la chaîne algorithmique (concepteurs, entreprises, citoyens) qui doivent être mobilisés pour donner corps à ce principe, au moyen de procédures concrètes (par exemple, des comités d’éthique assurant un dialogue systématique et continu entre les différentes parties-prenantes).

A ses deux principes fondateurs vient s’ajouter une série de six recommandations opérationnelles à destination tant des pouvoirs publics que des diverses composantes de la société civile (entreprises, grand public, etc.)

  1. Former à l’éthique tous les acteurs-maillons de la « chaîne algorithmique » (concepteurs, professionnels, citoyens) : l’alphabétisation au numérique doit permettre à chaque humain de comprendre les ressorts de la machine ;
  2. Rendre les systèmes algorithmiques compréhensibles en renforçant les droits existants et en organisant la médiation avec les utilisateurs ;
  3. Travailler le design des systèmes algorithmiques au service de la liberté humaine, pour contrer l’effet « boîtes noires » ;
  4. Constituer une plateforme nationale d’audit des algorithmes ;
  5. Encourager la recherche sur l’IA éthique et lancer une grande cause nationale participative autour d’un projet de recherche d’intérêt général ;
  6. Renforcer la fonction éthique au sein des entreprises (par exemple, l’élaboration de comités d’éthique, la diffusion de bonnes pratiques sectorielles ou la révision de chartes de déontologie peuvent être envisagées).

Pour en savoir plus : Enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle / Comment permettre à l’Homme de garder la main? 


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

Les Etats-Unis abrogent la neutralité du Net

 

La FCC (Commission fédérale des communications) a tranché et décidé jeudi 14 décembre de mettre fin à l’un des principes fondateurs de l’Internet, qui veut que tous les contenus mis en ligne sur le réseau soient traités de la même manière manière, sans discrimination.

 

Ce 14 décembre 2017 restera très certainement comme l’une des dates les plus importantes mais aussi les plus sombres de l’histoire de l’Internet.

La mauvaise nouvelle nous vient des Etats-Unis où une agence fédérale, la FCC (Commission fédérale des communications) a décidé de mettre fin à l’un des principes fondateurs du réseau mondial.

Jusqu’à présent le principe de la neutralité du Net obligeait les fournisseurs d’accès à traiter de la même manière d’un point de vue technique ou d’un point de vue commercial les données transportées.

neutralite-du-net-fcc

Il n’en sera plus de même demain aux Etats-Unis où certains opérateurs pourraient ainsi choisir de bloquer l’accès à tel ou tel site, de ralentir la diffusion de tel ou tel flux vidéo, a fortiori s’il s’agit de celui d’un concurrent, voire, comme le souligne LeMonde.fr à faire payer davantage le consommateur pour qu’il puisse disposer d’un accès plus rapide à ses services préférés (YouTube ou Netlfix), c’est-à-dire à payer plus pour avoir ce qui était aujourd’hui la norme.

Par voie de conséquence, cette décision (à laquelle était farouchement opposé, Tim Berners-Lee, le créateur du World Wide Web, l’uns des principaux protocoles d’Internet), remet par ailleurs en cause un autre principe, celui de l’égalité d’accès à Internet.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

(Mise à jour) Des centaines de clients Cdiscount probables victimes d’une escroquerie au phishing

 

Des escrocs ont utilisé les coordonnées bancaires de clients du cyber-marchand pour acheter des produits par centaines. Le préjudice est estimé à 350 000 euros.

 

Première parution / 14 décembre 2017
Des centaines de comptes clients Cdiscount piratés
Selon LePoint.fr, qui révèle l’information cinq personnes, soupçonnées d’avoir détourné les coordonnées bancaires de centaines de clients du site de e-commerce, ont été récemment interpellées. Le préjudice est estimé à 350 000 euros.
Mardi 12 septembre 2017, cinq personnes, dont deux mineurs de 13 et 15 ans, ont été interpellées à Bourg-lès-Valence (Drôme) dans le cadre d’une enquête concernant le piratage du fichier clients du site de commerce en ligne Cdiscount, révèle LePoint.fr.
Mise à jour le 15 décembre 2017
Il semble que l’on s’oriente désormais vers la piste d’une classique escroquerie au phishing dans cette affaire qui, en terme d’image, tombe au plus mal pour le cyber-marchand Cdiscount à quelques jours des fêtes de fin d’année.
491 plaintes ont été déposées à ce jour par des clients Cdiscount, quant à l’enseigne (propriété du groupe Casino) elle a déposé plainte contre X, et précisé que son site ne présentait aucune faille de sécurité.
En clair, si faille il y a elle serait plutôt à rechercher dans le manque de vigilance des internautes victimes de ce qu’il semble bien être une escroquerie au phishing.
Pour rappel, le phishing est une pratique qui consiste, notamment en usurpant l’identité d’une personne morale ou d’une personne physique dans le cadre d’un envoi par mail à récupérer frauduleusement des informations confidentielles (ici des coordonnées bancaires) en abusant de la crédulité et/ou de la naïveté des internautes.
“Les escrocs n’ont pas récupéré les données en s’introduisant dans notre système”, a indiqué un porte-parole du site de commerce en ligne, cité par le site spécialisé LSA.
“Nous ne stockons pas les coordonnées bancaires de nos clients, et parmi les options privilégiées par les enquêteurs, la piste du phishing est notamment explorée.”
Tablettes numérique, appareils photo numériques, téléphones portables, vêtements de marque, électroménager la marchandise frauduleusement acquise était livrée dans des points-relais situés dans le département de la Drôme.

Des figurines nazies vendues sur Amazon Marketplace

A quelques jours de Noël, la partie Marketplace du site allemand d’Amazon propose à la vente des figurines et de pièces de Lego détournés en soldats, équipements et accessoires nazis.

 

1636 signatures, c’est, selon le site Quartz (QZ.com) qui dévoile cette information, le nombre de signatures déjà réunies par un internaute allemand, Manuel Hegel, pour faire cesser la commercialisation sur la partie Marketplace (dédiée à la vente par des acteurs tiers) du site allemand d’Amazon, de figurines et de pièces de Lego détournés en soldats, équipements et accessoires nazis.

Il demande à la marque de poursuivre les vendeurs. Lego, le géant danois du jouet a pour l’heure réagi par une déclaration indiquant simplement qu’il “ n’encourage ou n’approuve ces produits d’aucune manière ”.

amazon-lego-nazi

Masques à gaz, croix de fer, aigle du Reich, éléments stylisés aux couleurs de la Wehrmarcht, l’armée du Troisième Reich.

Un tank et deux soldats, affublés de la croix de fer, propre au régime nazi, en vente sur le site Amazon allemand pour 59,90 euros… Un véhicule anti-émeute de police, affublée de l’aigle impérial du Troisième Reich, en vente sur le site Amazon allemand pour 19,90 euros… on croit rêver et pourtant on ne rêve pas.

Quant à Amazon, le groupe Internet a décidé de retirer un certain nombre des produits de sa Marketplace depuis le lancement de la pétition, précise le site QZ.com.


Vous avez aimé cet article? NewZilla.NET a besoin de VOUS. Cela mérite une explication. On vous explique tout ICIMerci pour votre soutien et pour votre fidélité à NewZilla.NET.

EN - FR - DE - ES